2e séminaire annuel du PHC Maghreb

Dans le cadre du PHC-Maghreb[1] « Mondialisation Discrète au Maghreb-MONDISMAG »[2], coordonné par Saïd Belguidoum (IREMAM/Aix-Marseille Université) et Olivier Pliez (LISST/Université de Toulouse), tous deux membres du LMI MOVIDA, s’est tenu, du 22 au 24 novembre 2017, à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Sousse, en Tunisie, le deuxième séminaire annuel de ce programme. Compte-rendu.

Après la séance d’ouverture et la présentation du programme MONDISMAG par Hassan Boubakri (FLSH/ Université de Sousse) et S. Belguidoum, la première séance, animée par Guillaume Favre (LISST/Université de Toulouse), a porté sur les approche et les clefs de lectures de la mondialisation discrète (O. Pliez). Pour sa part, H. Boubakri a présenté une communication à travers laquelle il a esquissé une lecture politico-historique de l’économie de la « contrebande » entre la Tunisie et la Lybie. Dans son analyse, H. Boubakri a essayé également d’observer comment et dans quelles mesures les mouvements de contestation ayant surgi ces dernières années ont contribué, de près ou de loin, à l’essor de cette forme d’économie entre les deux voisins. Quant à la dernière intervention, Makrem Mandhouj, doctorant en géographie au Laboratoire SYFACTE de l’Université de Sfax, a communiqué une partie des résultats de sa recherche doctorale. Son exposé a abordé la circulation sur les marchés tunisiens des produits en provenance de France et d’Italie. Classifiant ces marchandises et cartographiant leurs circuits et leurs réseaux de circulations, M. Mandhouj a élucidé les représentations sociales des consommateurs de ces produits et a décliné les composantes de l’économie de la récupération ainsi que les principaux acteurs qui gravitent autour (pour en savoir plus lire son billet…) Lors des échanges avec les participants, certains, s’arrêtant sur le secteur des vêtements d’occasion, rejoignent dans leurs interventions la conclusion de Sylvie Bredeloup et Jérôme Lombard, étudiant ce marché en Afrique et démontrant que « la fripe correspondait à l’envie de s’habiller avec des produits durables, de qualité, tout en étant à la mode »[3].

La deuxième séance du séminaire a été consacrée, dans un premier temps, au Maroc et aux dynamiques commerciales animées par ses migrants. Sophie Bava (IRD, LPED/Aix-Marseille Université & UIR-RABAT) et Hicham Jamid (LISE-CNRS/Cnam & ORMES-UIZ Agadir) ont présenté les premiers résultats de leur enquête de terrain auprès des commerçants africains à Casablanca et à Rabat. Après s’être penché sur la politique migratoire marocaine et sur l’entrepreneuriat migrant, leur intervention a mis en lumière le développement de nouveaux espaces commerciaux dans certaines métropoles marocaines, notamment dans la capitale économique puis administrative du Maroc. En effet, leur enquête de terrain vise à explorer un « commerce original », pour le moins « discret » ; celui des produits de beauté et des objets du désir, destinés aussi bien aux marocains qu’aux migrants eux même. En phase exploratoire, S. Bava et H. Jamid compte poursuivre prochainement leur travail de terrain au Maroc, de façon à questionner les discours et les imaginaires construits autour de ce type de commerce, de produits et des « services ».

De son côté, Jean-Pierre Taing, doctorant en géographie (IREMAM/Aix-Marseille Université), a exposé, également, les premiers résultats de son enquête de terrain de thèse réalisé autour des commerçants chinois au marché de Derb Omar à Casablanca. Après un état de l’art sur la diaspora chinoise dans le monde et sur sa présence au Maroc, J.P Taing a retracé l’histoire de la concentration de quelques entrepreneurs chinois dans ce quartier casablancais, spécialisés dans la vente en gros et en semi-gros de marchandises importées de Chine. Empruntant l’appellation à Yoon Jong Park, J.P Taing qualifie ses entrepreneurs enquêtés de « séjourneurs », dont le profil « se rapproche de celui de « résidents temporaires », qui acquièrent grâce à l’entrepreneuriat une position sociale et des gains économiques importants dans un temps très réduit. Ils présentent la particularité de construire très peu d’attaches dans les lieux où ils s’installent, « ce qui leur permet de se ” transposer ” et de migrer une deuxième, voire une troisième fois » (Yoon Jung Park, 2009, p. 136) »[4]. À titre de conclusion, et comme une nouvelle perspective d’analyse, J.P Taing a soulevé l’essor du tourisme chinois à destination du Maroc, une dynamique qui se développe davantage depuis la suppression des visas aux ressortissants de l’Empire du milliard.

Après le Maroc, la deuxième journée du séminaire a abordé les terrains de recherche des autres membres du programme MONDISMAG, réalisés en Algérie, en Égypte et entre le Maroc et le Sénégal via la Mauritanie. Dans la première communication, S. Belguidoum a introduit son intervention par une présentation du cadre théorique dans lequel il inscrit son travail de recherche. Inspiré, entre autres, des travaux d’Alejandro Portes[5] et d’Alain Tarrius[6], il a dressé un tableau générique de la structuration des filières marchandes transnationales autour de l’espace méditerranéen, et particulièrement celles vers et à travers l’Algérie.  Ensuite, S. Belguidoum  a repéré la hiérarchisation et la spécialisation de plusieurs places marchandes en Algérie, ainsi que les dynamiques marchandes et les différents liens, commerciaux et sociaux, reconstruits autour d’elles.

Said Chouadra, architecte-urbaniste à l’Université de Sétif, nous a expliqué comment le centre urbain d’El Eulma, dans l’Est algérien, est devenu une place incontournable de commerce transnationale en Algérie. Dans son intervention, il nous a présenté les résultats de l’enquête de terrain consistant à recenser tous les locaux commerciaux du Souk Dubaï d’El Eulma[7]. Sana Haïfa Sifi, doctorante en architecture à l’Université de Constantine 3, a présenté, elle aussi, les premiers résultats de son terrain de thèse. Son exposé a porté particulièrement sur la ville nouvelle de Constantine comme un nouveau centre de polarité commerciale.

Par la suite, la communication de Yann Philippe Tastevin (LISST-CNRS/ Université de Toulouse), a saisi entièrement l’attention des participants. Par l’originalité de son objet de recherche et la qualité de son analyse, Y.P Tastevin nous a fait voyager dans le monde de l’économie des déchets en Égypte. Un travail de recherche minutieux qui a accouché d’une très belle exposition au MuCem de Marseille en 2017[8].

Anne Bouhali, post-doctorante (LISST-CNRS/ Université de Toulouse), a développé les résultats liminaires de son nouveau terrain de recherche concernant la circulation des biens et des marchandises entre le Maroc, la Mauritanie et le Sénégal, qu’elle a réalisé dans le cadre d’un terrain partagé du LMI Movida avec Nora Mareï de Prodig et Mamadou Dimé de l’UGB. En remontant les routes, A. Bouhali tente d’explorer comment ces dynamiques commerciales transfrontalières et transnationales contribuent à la production de villes marchandes en Afrique de l’Ouest.

La dernière séance de ce deuxième séminaire du PHC MONDISMAG a été destinée aux questions méthodologiques. Guillaume Favre (LISST/Université de Toulouse) nous a offert une présentation complète de l’analyse des réseaux, un concept souvent mobilisé par les participants mais dont la portée diffère d’un terrain à l’autre. Et enfin, Nadir Alikhodja (LAM /Université de Sétif) et Najla Touati (LISST/Université de Toulouse), nous ont montré comment ils ont construit une base de données spatiale pour cartographie des espaces marchands, en prenant l’exemple du centre urbain d’El Eulma (Algérie).


Compte rendu par : Hicham Jamid & Sophie Bava


[1] https://www.campusfrance.org/fr/phc

[2] https://mondis.hypotheses.org/

[3] https://www.cairn.info/revue-tiers-monde-2008-2-page-391.htm

[4] http://books.openedition.org/cjb/878

[5] http://www.persee.fr/docAsPDF/arss_0335-5322_1999_num_129_1_3300.pdf

[6] http://www.persee.fr/doc/remi_0765-0752_1995_num_11_1_1442

[7] https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01508982/document

[8] http://www.mucem.org/programme/exposition-et-temps-forts/vies-dordures


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.