Circulation des produits de France et d’Italie sur les marchés tunisiens.

Cette recherche tente d’appréhender la particularité et les aspects de la circulation migratoire commerçante en provenance particulièrement de France et d’Italie et les modes d’écouler ces produits sur les principaux marchés du Sahel central et méridional tunisien (cf. carte infra). Par conséquent, il s’agit de comprendre les articulations, les circuits et les formes de relation qui structurent ce commerce.

Pour répondre à cette problématique nous avons déployé une méthodologie qui s’appuie dans un premier temps sur des enquêtes qualitatives auprès de quelques acteurs migrants qui pratiquent ou non cette activité ; et dans un second temps des séries d’observations participantes dans les principaux marchés dans lesquels s’écoulent ce genre de produits.

Parallèlement à la circulation migratoire des émigrés tunisiens en Europe occidentale nous assistons au développent des activités commerciales formelles ou informelles. Elles sont de plus en plus visibles et gagnent de l’importante sur les principales places marchandes qui gravitent autour des grands foyers de migration internationale du Sahel central et méridional Tunisien.

La mondialisation des échanges et des flux a accru la mobilité transfrontalière et les mouvements de courte durée se sont développés sous forme de navettes. La crise économique qui secoue l’Europe et la montée des taux de chômage ont par ailleurs un impact sur cette nouvelle forme de mobilité qui s’accompagne par des déplacements fréquents et qui se traduit aussi par l’acheminement de divers produits destinés à la commercialisation sur les principaux souks de la région ou ailleurs.

Ainsi, le travail de terrain a montré que plusieurs profils d’acteurs sont concernés par ce genre de commerce. Nous pouvons déjà distinguer entre deux grands profils :

  • Les migrant.e.s.
  • Les commerçant.e.s résident.e.s.

Pour le premier groupe, il s’agit de migrants qui acheminent avec eux / elles les produits collectés des pays d’accueil afin de les commercialiser en Tunisie soit dans les souks ou à la maison. Dans cette catégorie on peut décliner plusieurs autres profils :

  • Les migrants qui occupent des activités professionnelles saisonnières et qui s’adonnent à cette activité commerciale transnationale en période d’inactivité ou de repos saisonnier.
  • Les migrants qui à chaque retour au pays d’origine s’adonnent à cette activité pour diversifier les sources de revenu et amortir les coûts résultant des frais de déplacement.
  • Des migrants en statut d’inactivité professionnelle et qui essayent de trouver d’autres ressources économiques par des déplacements fréquents entre pays d’installation et pays d’origine. Par conséquent, ils rapportent de divers produits des pays d’accueil et au retour au pays d’immigration ils assurent le transport d’autres produits essentiellement de consommation quotidienne (huile d’olive, poisson, viande, épices, tabac…) pour des particuliers à des prix négociés au kilogramme.

En revanche pour la deuxième grande catégorie, il s’agit des commerçants tunisiens qui nouent des relations avec des émigrés qui pratiquent le commerce des produits collectés depuis l’étranger. Ces acteurs commerçants optent généralement pour l’achat en grande quantité des objets rapportés par les émigrés afin de minimiser les coûts résultant de l’achat en détail et de se réserver la possibilité de monopoliser ce type commerce.

La circulation de ces produits est souvent assurée par des voitures de type utilitaire de grande taille (voir photos). Ces véhicules permettent aux émigrés d’apporter plusieurs types d’objet même ceux de grands volumes. Le système de taxation douanière est forfaitaire. Il obéit généralement au type du véhicule et à l’appréciation personnelle de l’inspecteur douanier chargé d’inspecter le véhicule indépendamment de la nature et du volume des objets transportés. Récemment (fin novembre 2017), des nouvelles mesures sont appliquées au niveau des autorités portuaires et douanières tunisiennes visant à limiter les flux de ce type de commerce. Des restrictions sont désormais appliquées sur les voitures utilitaires. Il s’agit de ne plus accepter que ces véhicules mettent sur les toits des objets ou produits importés de l’étranger.

La collecte des objets et des produits qui sont ramenés découle des opérations de ramassage le long des rues et des poubelles et parfois suite à l’achat d’objets dont l’origine est inconnue. Elle résulte aussi à travers des négociations sur les sites de vente en ligne et ceux de récupération gracieuse des objets ou à partir d’autres applications gratuites. Cette attitude s’inscrit pour les pays d’accueil dans une démarche environnementale en limitant les déchets et en favorisant le recyclage en donnant une seconde vie aux objets usés. Le manque d’espace dans certains foyers des pays d’accueil pousse les ménages ou autres à jeter les objets encombrants, ou dans une démarche écologique responsable à les vendre à des prix cassés on ligne ou les céder gratuitement sur les plateformes de récupération gratuite sur internet.

Cette économie de récupération ne fait pas l’unanimité. En effet, certains émigrés s’adonnent et assument pleinement cette pratique. D’autres trouvent qu’elle ne fait que ternir l’image de leur vécu dans la société d’accueil mais qu’ils le font de façon caché. Tandis que la troisième catégorie veut garder l’image ostentatoire de la migration et réserver le temps des retours au pays d’origine que pour le divertissement et le tourisme afin d’afficher une posture de la réussite et du succès dans le parcours migratoire.

Les produits apportés dans le cadre de cette circulation marchande transnationale sont très divers. D’après l’enquête et l’observation de terrain nous l’avons regroupé en 7 grandes catégories :

  • Les produits alimentaires et principalement le café.
  • Les électroménagers et équipement de cuisines.
  • Les moyens de circulations légers de types scooters, mobylettes, vélos et engins pour les personnes à mobilité réduite.
  • Outils mécaniques (de bricolage et de bâtiment).
  • Les objets vestimentaires et produits cosmétiques.
  • Les pièces détachées de voitures, scooteurs et mobylettes.
  • Les équipements HI-FI, téléphones portables, ordinateurs, chargeurs et consoles de jeux.
  • Des accessoires divers (casques de motos, robinetteries, poussettes, chaises…).

Certains marchés sont structurés en fonction du type des produits commercialisés. En effet, la structure spatiale des marchés dans lesquels nous avons mené des observations, communément désigné « Souk França », montre l’importance de l’espace qu’occupe les produits importés d’Europe et principalement de France et d’Italie par rapport à la superficie totale du marché et. (Cf. les plans de la structure spatiale de souk de Ksar Hellal et de Monastir).

Pour conclure, le succès que rencontre le commerce des produits apportés d’Europe sur les principaux marchés a poussé l’apparition des boutiques de brocante dans les grands foyers de la migration internationale dans le Sahel central et méridional et le développement des formes de ventre on ligne à travers les réseaux sociaux qui constituent désormais une nouvelle plateforme de diffusion, de promotion et de vente.


Par Makrem Mandhouj
Géographe. Il conduit une thèse de doctorat en géographie à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Sfax – Lobratoire SYFACTE (Université de Sfax) sous la direction du Professeur Hassen Boubakri.


Bibliographie

  • BOUBAKRI Hassen, 1997, Champs migratoires, caractéristiques socio – professionnelles et pratiques économiques des émigrés dans la région de Msaken. In Migration internationale et changements sociaux dans le Maghreb, Colloque international, Série Colloques : 7éme, Volume 7, FSHS de Tunis, pp 327 – 352.
  • CESARI Jocelyne (), 2002, La méditerranée des réseaux : marchands, entrepreneurs et migrants entre l’Europe et le Maghreb, Maisonneuve et Larose, Paris, 293 p.
  • HASSOUN Jean Pierre, 2005, La place marchande en ville : quelques significations sociales, In Ethnologie française, Vol 35, pp 5 – 16.
  • PERALDI Michel, 1999, Marseille : réseaux migrants transfrontaliers, place marchande et économie de bazar, In Cultures et Conflits, n°33-34, pp 51 – 67.
  • SIMON Gildas (), 1990, Les effets des migrations internationales sur les pays d’origine : le cas du Maghreb, SEDES, Paris, 223 p.
  • SIMON Gildas, 2008, La planète migratoire dans la mondialisation, Armand Colin, Paris, 255 p.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.