Suivre son objet sur plusieurs sites ?

Depuis les années 1990, face à l’émergence d’un Système Monde, des voix se sont faites entendre dans le monde académique afin de repenser l’appareil méthodologique des sciences sociales, dont celle de George Marcus qui proposa de développer une « recherche ethnographique multi-située ». Pour cela, l’ethnologue nous invite à « suivre les marchandises ou les personnes » afin de saisir les échelles et les discontinuités de processus que l’on peut observer dans un lieu précis mais qui se déploient généralement entre plusieurs sites. Cette approche est évidemment très stimulante, à condition toutefois de respecter quelques précautions méthodologiques. Comment alors les chercheurs composent-ils face à ce dilemme méthodologique ? Est-il, par exemple, encore pertinent de conduire des monographies sur un lieu précis dans un monde de flux ? Ne prend-on pas le risque d’en rester à la surface des choses ?

Partant de deux enquêtes menées entre le monde arabe, l’Inde et la Chine, cette séance du séminaire Morémi, le débat portera sur le champ d’étude du multisitué qui connaît aujourd’hui un indéniable succès.


Intervenants :

  • Yann Philippe Tastevin (Anthropologue, chargé de recherche au CNRS, UMR LISST). Sur les routes de l’autorickshaw : pour une ethnographie en mouvement de la mondialisation
  • Olivier Pliez (Géographe, directeur de recherche au CNRS, UMR LISST). Des jeans chinois dans les rues du Caire : construire une recherche multisituée sur le transnational

Quelques références bibliographiques :

Appadurai A., 1996, Modernity at Large. Cultural Dimensions of Globalization. Minneapolis, University of Minnesota Press.

Burawoy M. (dir.), 2000, Global Ethnography. Forces, Connections and Imaginations in a Postmodern World. Berkeley, University of California Press.

Cook Ian, 2004, « Follow the thing: papaya », Antipode, vol. 36, no 4, p. 642-664.
DOI : 10.1111/j.1467-8330.2004.00441.x

Marcus G. (1995), « Ethnography in/of the World System: The Emergence of Multi-Sited Ethnography », Annual review of anthropology, vol. 24, p. 95-117. http://anthro.vancouver.wsu.edu/media/Course_files/anth-490-edward-h-hagen/marcus-1995-ethnography-in-of-the-world-system_the-emergence-of-multi-sited-ethnography.pdf

Meyer M., Perrot A., Zinn I., « Entre ambition « tout-terrain » et impossible ubiquité : les ethnographes en mouvement », SociologieS [En ligne], La recherche en actes, L’enquête ethnographique en mouvement : circulation et combinaison des sites de recherche, 2017, URL : http://journals.openedition.org/sociologies/6521

Mirza, Vincent. « Une ethnologie de la mondialisation est-elle possible ? » Anthropologie et Sociétés, volume 26, numéro 1, 2002, p. 159–175. doi:10.7202/000708ar, URL : https://www.erudit.org/fr/revues/as/2002-v26-n1-as472/000708ar/

Peraldi M. (2001), Cabas et containers, Paris Maisonneuve & Larose.

Portes A. (1999), « La mondialisation par le bas », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 129, p. 15-25. URL : http://www.persee.fr/doc/arss_0335-5322_1999_num_129_1_3300

Tarrius A. (2002), La Mondialisation par le bas : Les nouveaux nomades de l’économie souterraine. Paris, Balland.

Pliez Olivier« Des jeans chinois dans les rues du Caire, ou les espaces discrets de la mondialisation », M@ppemonde n° 88 (4-2007), https://mappemonde-archive.mgm.fr/num16/articles/art07404.html

Tastevin Yann Philippe, Pliez Olivier, « La discrète filière de l’autorickshaw. Une ethnographie de la mondialisation », Revue Française de Socio-Économie, 2015/2 (Hors-série), p. 121-137. DOI : 10.3917/rfse.hs1.0121. URL : https://www.cairn.info/revue-francaise-de-socio-economie-2015-2-page-121.htm


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search