Les rencontres MONDIS

En partant d’un dialogue déjà engagé entre des équipes qui travaillent sur les transformations contemporaines des marchés populaires globalisés au Brésil et dans les pays du Maghreb, l’objectif de ces rencontres est double : il s’agit d’une part de formaliser des acquis de recherche issus de ce dialogue, en créant notamment des outils pérennes de visualisation des recompositions en cours ; et d’autre part, d’incorporer à cette démarche des dynamiques observables au sein de l’espace européen, où elles commencent à prendre de l’ampleur. Autrefois impulsés par des acteurs de la « mondialisation par le bas », les marchés populaires globalisés sont aujourd’hui investis par d’autres bien plus puissants. Ils font l’objet de nouveaux dispositifs de gestion, sont soumis à un nouvel arsenal juridique et à de nouvelles logiques de maintien de l’ordre, s’inscrivent dans d’importantes politiques d’aménagement urbain.

Réunissant des sociologues, des géographes, des anthropologues, des géomaticiens, il s’agit d’ouvrir un débat à la fois conceptuel et méthodologique sur l’articulation entre ce commerce transnational et les espaces urbains à partir de corpus d’enquêtes achevées, en cours ou exploratoires sur des terrains au Brésil, à São Paulo et Rio de Janeiro, au Maghreb, à El Eulma en Algérie et M’saken en Tunisie, et sur l’ensemble du continent européen comme à Madrid, à Aubervilliers en France, au Prato en Italie.

Programme rencontre mondis.pdf


Mardi 27 juin –  Salle E411
Maison de la recherche, Université Jean Jaurès, Toulouse

Table-ronde – Regards croisés Brésil, Algérie, Tunisie
9h30-12h30

S’appuyant sur des recherches en cours, cet atelier retrace et analyse pour des exemples précis de marchandises les emboîtements spatiaux et des liens sociaux à différentes échelles et à différents moments. Il s’agit de s’interroger sur les facteurs – qu’ils soient d’ordre économique ou géopolitique, sociaux ou confessionnels ayant une incidence sur la formation et la transformation de ces marchés populaires globalisés. Quel rôle est-il imparti aux pouvoirs publics dans leur gestion, et selon quelles modalités ? Quels enjeux, quels conflits, quelles négociations se jouent-ils derrière des formes d’association ou d’opposition entre différentes catégories d’acteurs publics et privés ? Comment ces facteurs facilitent-ils ou freinent-ils la formation de réseaux marchands, en créant ruptures, réversibilités ou bifurcations individuelles et collectives le long de routes commerçantes transnationales ? Inscrites sur le temps long ou, au contraire, marquées par la précarité, comment les pratiques, les ressources, les savoir-faire et compétences sont-ils construits, signifiés, réorganisés ?

 Participants

  • « Circulações sacoleiras ou les circuits du commerce à la valise », Fernando Rabossi, anthropologue, Université Fédérale de Rio de Janeiro
  • « Agencements politiques et circulations marchandes : blocages et passages entre Rio de Janeiro et São Paulo », Daniel Hirata, sociologue, Université Fédérale Fluminense
  • « Mobilité et commerce entre São Paulo, Guangzhou et Yiwu », Carlos Freire, sociologue, Université de São Paulo :
  • « L’importation transnationale en Tunisie : une fabrique instable des routes commerciales et des contournements », Adrien Doron, géographe, LISST/Université Toulouse
  • « Des centralités marchandes face au commerce transnational : une comparaison entre Oran, Algérie, et Le Caire, Égypte », Anne Bouhali, géographe, LISST/Université Toulouse
  • « Des circulations de biens de consommation de seconde main et déchets », Jamie Furniss, anthropologue, Université d’Edinburgh

Discutantes

Angelina Peralva, sociologue, LISST, Université de Toulouse et Vera Telles, sociologue, Université de São Paulo


Table-ronde – Perspective européenne
14h00-17h00 

De façon plus exploratoire, cet atelier interroge les logiques de construction de marchés populaires globalisés au sein même de l’espace européen, où les stratégies commerciales chinoises s’appuient désormais sur des marchés de grande portée comme Naples et Prato en Italie, Fuenlabrada dans la banlieue de Madrid, ou Aubervilliers en région parisienne. Car si l’étude de ces phénomènes a, jusqu’ici, surtout intéressé des spécialistes des pays en voie de développement ou émergents, on ne saurait éluder l’impact de ces marchés sur l’ensemble de l’espace européen. D’autant plus que la mise en opération de lignes ferroviaires reliant plusieurs villes chinoises, notamment Yiwu – la plus grande plateforme d’exportation de produits Made in China – à des places marchandes européennes, ne peut laisser indifférent. Traversant la Chine d’est en ouest, cette ligne croise et dessert un nombre croissant de pays européens.

Participants

  • Rosario Somella, géographe, Université de Naples (L’Orientale)
  • Libera D’Alessandro, géographe, Université Naples (L’Orientale)
  • José Luis Rubio, géographe, Université de Saragosse
  • Lluis Frago Clols, géographe, Université de Barcelone
  • C. Carreras, géographe, Université de Barcelone
  • Olivier Pliez, géographe, LISST – CNRS, Toulouse

 Discutants

Philippe Dugot, géographe, LISST, Université Jean Jaurès Toulouse et Jean-Pierre Wolff, géographe, LISST, Université Jean Jaurès Toulouse


Mercredi 28 juin – Salle D31

Maison de la recherche, Université Jean Jaurès, Toulouse

9h30 – 12h30 : Atelier « visualisation » animé par Najla Touati, Laurent Jégou, Marion Maisonobe, et Yann Philippe Tastevin

Comment représenter la complexité de ces différentes formes de mondialisations issue d’enquêtes de terrain très variées ?

Suite au travail de réflexion réalisé dans les ateliers Geovisu[1], cette présentation permettra de soumettre un premier catalogue des différents types de représentation visuelle (schéma, croquis, cartes, graphes, modélisation) adaptées à l’hétérogénéité des études de cas des « Mondialisations discrètes ».

Comment avancer vers une représentation dynamique des relations sociales qui s’établissent et se recomposent dans un contexte transnational. Comment saisir et donner à voir ces liens et leurs articulations aux assemblages et aux réassemblages de lieux qui s’effectuent au sein de configurations territoriales changeantes ? L’enjeu de cet atelier est de réfléchir à des manières de représenter des flux difficiles à saisir et parfois même à décrire et d’expérimenter des modes de visualisation pour représenter des chaînes relationnelles, cartographier des routes commerciales transnationales et les connexions que trace la circulation de marchandises

Laurent Jegou, Université Jean Jaurès Toulouse, Marion Maisonobe, LISST-Université Jean Jaurès Toulouse, Yann-Philippe Tastevin, LISST-CNRS, Najla Touati, LISST-Université Jean Jaurès Toulouse.

[1] Dans le cadre du Labex SMS, ce groupe de travail a exploré sous forme d’ateliers pratiques différentes techniques de représentation graphique autour des thématiques de l’espaces, des flux et de la visualisation (cf. https://mondis.hypotheses.org/410)

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 20/12/2017

    […] São Paulo – quartier du Brás : les ambulants et la Feirinha da MadrugadaCette contribution de Daniel Veloso Hirata 1, avec l’aide d’Angelina Peralva 2 pour la traduction, a été présenté lors des Rencontres Mondis du 27 et 28 juin 2017 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.