Visualiser des flux de circulation

Nous avons le plaisir de vous annoncer la deuxième séance des ateliers Mondis-Geovisu, qui aura lieu le vendredi 10 mars 2017 de 9h30 à 16h30, en salle F422 de la Maison de la Recherche (Université Jean-Jaurès II Le Mirail, Toulouse).

Lors de cette  séance, nos invités s’interrogeront sur la manière de représenter des flux de circulation de personnes, de marchandises, d’informations, de déchets… ».


Chantiers (9h30 à 12h30)

Discutant.e.s : Françoise Bahoken (IFSTAR, Paris 7), Anne-Christine Bronner (UMR SAGE, Comité Fr. de Cartographie) et Olivier Pissoat (UMR Passages)

– Anne Bouhali (UMR Lisst-équipe CIEU)

Représenter les mutations commerciales et urbaines des places marchandes transnationales : le cas du Caire et d’Oran

– Adrien Doron (UMR Lisst-équipe CIEU)

Comment représenter les recompositions spatiales des centralités et des routes marchandes ?

– Laurent Jégou, Marion Maisonobe & Yann-Philippe Tastevin (UMR Lisst-équipe CIEU)

Représenter les flux mondiaux de déchets recyclés

 

Expérience  (14h à 16h30)

César Ducruet (UMR Géographies Cités-équipe P.A.R.I.S.) et Mattia Bunel (Chargé du développement du géoportail de l’ERC Geoseastems) présenteront leurs travaux sur la géo-visualisation des flux maritimes mondiaux.
Françoise Bahoken (IFSTAR, Paris 7), Eric Mermet (EHESS / ISCPIF) et Claire Lagesse (THEMA) ont également participé à l’expérience que nous présenterons César Ducruet et Mattia Bunel.

Géo-visualiser les flux maritimes mondiaux sur le temps long : résultats préliminaires à partir du portail Geoseastems

Résumé :

Depuis la carte d’André Siegfried (1940) montrant la répartition des navires britanniques sur le globe, force est de constater que le transport maritime est longtemps resté le parent pauvre de la géovisualisation et des analyses de réseaux. Grâce aux données radar (AIS) et satellitales, disponibles depuis à peine une décennie, nombre de chercheurs et d’experts ont accordé un intérêt croissant à ce vecteur d’échanges en tous genres (marchandises, personnes, informations, polluants, microbes…) utilisant des méthodologies très variées. Le portail Geoseastems se positionne parmi les solutions existantes avec trois objectifs majeurs. Tout d’abord, il vise à renforcer la dimension analytique par rapport à la pure visualisation en temps réel fournie par la plupart des projets existants à ce jour, faisant appel à la théorie des graphes mais aussi à l’analyse spatiale et à la géomatique. Deuxièmement, il souhaite fournir une approche sur le temps long du commerce maritime, à partir des données inédites de la Lloyd’s qui publie des registres de mouvements de navires depuis la fin du 17ème siècle, à différentes échelles, du port lui-même au réseau régional ou mondial. Enfin, le portail prévoit d’intégrer des données complémentaires sur les autres réseaux de transport (terrestres, aériens), les villes, et celles issues de projets voisins dans le domaine des humanités numériques afin de fournir une plate-forme centralisée et harmonisée à but pédagogique et de recherche ouverte à tous.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.