Mondis dans la revue Urbanisme !

En Chine, le supermarché des mondes musulmans

9Histoire de Yiwu, ville chinoise qui a fait le choix de se positionner sur les marchés de consommation des pays du Maghreb et du Proche-Orient en quête d’une nouvelle offre de produits à bas coûts.

Cet article a pour intention de mettre en évidence la place centrale qu’occupe la ville de Yiwu au cœur de connexions inattendues et souvent invisibles le long de ce que l’on désigne comme l’une des nouvelles routes de la soie entre le monde arabe et la Chine[1]. Si le rayonnement de ce marché de gros, l’un des plus importants du monde, semble nous éloigner des « bricolages » auxquels se livrent les acteurs de la mondialisation par le bas[2], elle diffère encore plus nettement des pratiques que l’on associe à l’archipel des villes globales[3]. Dans ce comptoir d’un nouveau type[4] s’ancrent des pratiques à l’intersection des deux mondialisations. Cette ville-marché est ainsi l’un des lieux où se fabriquent actuellement des formes de côtoiements inédits entre des négociants issus de communautés transnationales formées par les mouvements migratoires Nord-Sud dans la deuxième moitié du xxe siècle (notamment entre le Maghreb et la France ou entre les Caraïbes et les États-Unis) et des diasporas du monde entier.

Octobre 2006. La foire internationale de Yiwu bat son plein. Difficile de se rendre en Chine en cette saison des foires commerciales, notamment celle de Guangzhou qui attire des grossistes du monde entier. Ceux-ci se rendent alors en Chine et organisent leur planning pour aller d’une foire à l’autre. Nombre d’avions en direction de la Chine sont ainsi complets à cette période. À Yiwu, la petite assemblée attablée en terrasse du restaurant Tassili est composée de quelques commerçants. Les uns et les autres accueillent favorablement l’Occidental que je suis, surtout lorsqu’ils apprennent que je suis français. Le gérant vit ici depuis deux ans, après avoir passé trois ans entre Yiwu et l’Algérie. Il a sympathisé avec le patron du restaurant qui voulait rentrer au pays et lui a proposé de prendre la gérance – un autre commerçant devenu restaurateur. Je poursuis la discussion avec un importateur de Sétif qui me décrit son itinéraire : études de langue arabe en Sorbonne puis retour en Algérie pour travailler dans un journal d’opposition. Restaurant arabe à proximité d'un magasin de vêtements islamiques © Pliez, 2012Mais cela le mènera à des déconvenues et il préféra voyager, « dix années à visiter l’Europe » et à travailler dans divers corps de métier. Au début des années 1990, le commerce privé décolle en Algérie et il se lance dans l’importation de marchandises depuis la France puis l’Europe de l’Est afin d’alimenter les « marchés Dubaï » qui se multiplient dans les villes algériennes. Mais, après Dubaï et le Qatar, viennent les années 2000 et la montée en puissance des importations chinoises. Un de ses amis lui dit alors : « On quitte le Golfe pour partir plus à l’est, à la source ». Il suit le mouvement, découvre Yiwu et s’y rend depuis tous les deux mois pour le suivi des commandes avec son transitaire chinois. Mais « la langue n’est pas facile, leur arabe, leur anglais, on ne comprend pas bien », ce que confirme le gérant du Tassili qui, comme la plupart des résidents, s’est progressivement initié au chinois.

(Lire la suite dans le numéro d’automne 2016 de la revue Urbanisme, accessible en ligne)

 

 

[1] B. Simpfendorfer, La nouvelle route de la soie. Comment le mode arabe délaisse l’Occident pour la Chine, Autrement, 2011.

[2] A. Tarrius, La Mondialisation par le bas. Les nouveaux nomades des économies souterraines, Balland, 2002.

[3] S. Sassen et D.-A. Canal, La Ville globale. New York, Londres, Tokyo, Descartes & Cie, 1996.

[4] B. Bertoncello, S. Bredeloup, O. Pliez, « Hong Kong, Guangzhou, Yiwu : de nouveaux comptoirs africains en Chine », Critique internationale, 3/2009, n° 44, pp. 105-121.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search