Le Derb Omar, un comptoir chinois au Maroc

(c) Taing, 2018, Échanges entre un commerçant chinois et un transporteur marocain

 Situé au cœur de Casablanca, le Derb Omar est une place emblématique du commerce de gros de tissus et d’équipement ménager. Il faut s’y rendre en journée et observer la place occupée par les transporteurs pour prendre véritablement conscience de l’importance de cette centralité commerciale dont les ramifications s’étendent à l’ensemble du pays. Le Derb Omar doit sa renommée aux vagues de commerçants originaires de Fès et du sud du Maroc qui s’y sont installés au cours du XXe siècle, marquant de leur empreinte les activités du quartier et lui conférant son identité marchande (Kaioua, 1996).

À partir des années 2000, Fassis[1] et Chleuhs[2] sont rejoints par un autre groupe de commerçants, les Chinois. Les premiers arrivants ne viennent pas directement de Chine mais d’Afrique Sub-saharienne. Face à la concurrence accrue entre les commerçants chinois dans un marché régional arrivé à saturation, certains d’entre eux se mettent à la recherche de nouveaux débouchés pour écouler leurs marchandises et font de Casablanca une nouvelle étape de leur entreprise migratoire. Leur installation offre alors des opportunités aux aspirants migrants et favorise la mise en place de réseaux migratoires entre la Chine et le Maroc.

Les activités chinoises sont presque exclusivement localisées autour de la place de la Victoire. Parmi la centaine de commerces recensés, une majorité se trouve à l’intérieur les deux « kissarias[3] » chinoises, symbole de leur ancrage et de leur adaptation dans le quartier. Il s’agit principalement de petites entreprises familiales positionnées dans la vente en gros et en semi-gros de marchandises importées de Chine de produits tels que du linge de maison, des chaussures ou de la maroquinerie, une offre qui n’entre pas en concurrence directe avec celle proposée par les commerçants marocains de Derb Omar. Peu d’efforts ont été consentis pour valoriser les activités ou les marchandises proposées et les signes d’une « sinisation » du quartier s’avèrent relativement limités, contrastant avec l’image véhiculée dans la société et par les médias sur leur présence. Quoi qu’il en soit, le Derb Omar, dont le nom est aujourd’hui associé au quartier chinois de Casablanca, joue un rôle majeur dans la mondialisation des échanges au Maroc en tant que place marchande transnationale où circulent marchandises et désormais commerçants en provenance de Chine.

(c) Taing, 2018, Le boulevard de Strasbourg, entre commerce de gros et commerce de rue .

Cet article fait référence à une enquête menée entre mars et juin 2014 dont l’objectif était de produire des informations sur les caractéristiques de l’immigration chinoise à Casablanca. La recherche vient enrichir les connaissances sur un aspect plus discret des échanges Chine-Afrique et sur les migrations internationales chinoises contemporaines.

Actuellement, les enquêtes que je mène dans le cadre de ma thèse ont pour objectif d’étudier l’évolution de ce quartier dans un contexte géopolitique marqué par un développement des relations sino-marocaines qui s’inscrit dans le cadre du projet de la Chine de construire les « nouvelles routes de la soie ». En Afrique, leur émergence, qui profite en premier lieu les grandes firmes chinoises, favorise l’accroissement des mobilités chinoises qui viennent renforcer les contingents chinois présents dans ces pays. Bien que distinctes, ces routes convergent avec d’autres, comme celles transnationales empruntées par les commerçants de Derb Omar qui évoluent au sein des réseaux de la diaspora chinoise. Ainsi, l’évolution du comptoir chinois de Derb Omar nous permet d’observer et d’interroger l’influence des réseaux déployés à l’échelle mondiale par la Chine sur ceux de la diaspora chinoise.

Taing, 2018, Restaurant et épicerie chinoise à l’entrée de Derb Omar


Par Jean-Pierre Taing
Doctorant en géographie Aix Marseille Université & LPED, sous la direction de Hubert Mazurek et de Said Belguidoum.


Bibliographie

  • BERTONCELLO Brigitte et BREDELOUP Sylvie, 2009, « Chine-Afrique ou la valse des entrepreneurs-migrants », in Revue européenne des migrations internationales, vol. 25 – n°1, pp. 45-70.
  • KAIOUA Abdelkader, 1996, Casablanca, l’industrie et la ville, Tours, Urbama, fascicule de recherches n° 30, tomes I et II, 775p.
  • LAHLOU Nouzha, 1993, Le commerce de gros à Casablanca : les secteurs du tissu et de l’équipement ménager, Thèse de doctorat en Géographie sous la direction de TROIN François, Tours, 423p.
  • MA MUNG Emmanuel, 2009, « La nouvelle géographie de la diaspora chinoise », in Accueillir, No 249-250, pp. 33-35.
  • PARK Yoon Jung, 2009, « Les Chinois résidant temporairement en Afrique », In Hommes et migrations (En ligne), No. 1279, mis en ligne le 29 mai 2013, consulté le 29 mai 2013. URL : http://hommesmigrations.revues.org/340
  • TAING Jean-Pierre, 2016, « Les migrations chinoises au Maroc : les commerçants séjourneurs de Casablanca », KHROUZ Nadia et LENA Nazarena (dir.), Migrants au Maroc Cosmopolitisme, présence d’étrangers et transformations sociales, Maroc, Canaprint, 2016, pp. 45-49

[1] Originaires de la ville de Fès

[2] Berbères originaires du sud du Maroc

[3] Galeries marchandes


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.