Présentation du projet Mondis

Affiche publicitaire dans les halls de l’aéroport d’Orly

Les grandes multinationales ne sont pas les seuls acteurs de la mondialisation. Celle-ci s’incarne aussi dans des formes moins visibles d’échange, qui prennent place dans des espaces souvent tenus pour marginaux. A l’intersection de plusieurs sciences sociales, ce carnet de recherche rend compte de cette autre géographie de la mondialisation, beaucoup plus discrète. Pour sortir de l’ombre ces espaces, il est indispensable de déplacer notre regard des centres aux marges, vers des espaces méconnus, voire ignorés, et souvent “off the map”, là où vit pourtant la majeure partie des habitants ordinaires de la planète.

Cette provincialisation du regard est devenue indispensable parce que les divisions classiques entre Nord/Sud, pays développés/en développement, pays riches/Tiers-Monde sont justement devenues inopérantes pour saisir la complexité du monde contemporain. Labiles et inventives, les mondialisations discrètes donnent à voir de quelle façon les échanges s’ancrent désormais dans l’espace. Loin de New-York, Tokyo et Londres, nos enquêtes mettent en lumière les routes, les villes secondaires et les places marchandes sur lesquelles s’arriment ce commerce transnational en mode mineur. La pluralité des formes et des fonctions prises par ces lieux sans qualité est impressionnante et les repérer sur l’ensemble de la planète devient un véritable jeu de piste. Qu’elles soient confidentielles, connues d’une corporation de commerçants précise ou situées dans les interstices des grandes métropoles, les mondialisations discrètes n’en sont pas moins des nœuds de réseaux globaux qui structurent l’espace avec une intensité qui ne cesse de surprendre par son ampleur.

Un chantier de recherche s’ouvre, vaste et global, que ce carnet se propose de restituer.


Historique du projet Mondis

Depuis 2010, ce programme de travail s’est mis en place dans un cadre comparatif et ouvert qui associe différents groupes travaillant sur des thèmes et selon des approches similaires dans différentes régions du monde, notamment au Brésil, au Maghreb, en Afrique de l’Ouest, en Chine et en Europe.

2007-2010

Des flux migratoires sud-nord, que les pays du Nord essayent de contenir ; de vastes espaces d’économie informelle plantés dans leur territoire, et non plus seulement dans celui des pays du Sud ; trafics de produits licites ou illicites, toujours aux frontières poreuses du légal et de l’illégal : sous des registres variés, on retrouve là des formes contemporaines de production et de circulation des richesses, transversales aux différents pays et régions de la planète, qui créent des complémentarités mal connues entre circulations humaines et marchandes licites et illicites…

Ce réseau de chercheurs en SHS qui s’est fixé comme objectif principal de fédérer, coordonner, animer la recherche urbaine en Algérie. Suite à la signature d’un accord de coopération entre l’IREMAM (Aix-en-Provence) et le CREAD, institution algérienne porteuse du PRUA, une seconde convention a été mise en place afin de lier en France les MSH partenaires du projet (Aix, Montpellier, Toulouse et Tours). Le LISST a rejoint ce réseau sur le thème des “villes et espaces urbains au Maghreb”.

Ce cadre large et souple a donné lieu à de nombreux échanges, par exemple en renforçant le dialogue entre les partenaires français et algérien, notamment les membres du Programme National de Recherche algérien (PNR 31. Population et Société) intitulé Analyse des dynamiques urbaines et processus de reconfiguration des villes algériennes et piloté par Saïd Belguidoum (IREMAM- UMR 7310).

Nous nous sommes aussi rapprochés d’autres programmes afin de resituer ces dynamiques dans un contexte méditerranéen plus étendu, notamment d’économistes égyptiens du programme AIRD-STDF ECOMIG “Economic crises, migration, and development in Egypt” (2011-2014) piloté par Sophie Bava (LPED-UMR 151 LPED).


2010

  • EDMON (Espaces Discrets de la Mondialisation (PE/PS : P10/030), coordonné par Olivier Pliez (DR CNRS, UMR LISST)

Des dizaines de milliers de commerçants du monde entier viennent s’approvisionner à Yiwu (Chine), le plus important marché de gros du monde dans le domaine des menus articles. Très éloigné du modèle de la ville globale, le rayonnement de Yiwu n’en est pas moins mondial. À la fois district industriel et quartier urbain cosmopolite, son étude, sous l’angle des commerçants qui la fréquente, est un point de départ afin de repérer et suivre routes et ancrages urbains latino-américains et arabes des réseaux de la mondialisation par le bas que construisent aujourd’hui des milliers d’acteurs.


2011

  • Espaces urbains transnationaux de l’Algérie contemporaine – Appel blanc MSH-Toulouse, coordonné par Noria Boukhobza & Olivier Pliez (UMR LISST)

L’Algérie est un État clé afin d’observer les réseaux qui se tissent depuis la Chine jusque dans des marchés qui trament l’ensemble du territoire national car de nouvelles centralités urbaines commerciales sont reconfigurées par l’arrivée des produits Made in China. Ce projet a été lancé par des enquêtes menées en Algérie dans des agglomérations et bourgades de l’Est algérien, région pionnière dans le développement des marchés d’importation et hors d’Algérie dans des comptoirs économiques asiatiques (Dubaï, Yiwu en Chine) où la présence de négociants algériens est forte.


2012-2013

  • Mondialisations Discrètes en Méditerranée (MONDIS-MED) – appel dans le cadre du projet SOCMED (INSHS-AIRD), coordonné par Hasnia Missaoui & Olivier Pliez (UMR LISST)

2014-2017

Ces deux financements ont permis d’approfondir le travail d’exploration des « routes de la Soie » selon la formule remise au goût du jour par les observateurs de ces échanges commerciaux transnationaux tels que la Banque Mondiale. Ayant pour pivot le monde arabe et la Chine, celles-ci favorisent la rencontre entre des mondes pluriels, ceux des communautés musulmanes de Chine, des entrepreneurs transnationaux qui circulent depuis l’Afrique du nord jusqu’à Dubaï et aux comptoirs d’Asie orientale et des membres de diasporas installés dans les comptoirs qui jalonnent les routes commerçantes.

Ces places et ces réseaux des « petits mondes marchands » s’inscrivent à des échelles précises et établissent des relations « verticales » qui nous permettent de reconstituer les organisations spatiales à trois échelles : celle, locale, qui correspond aux places marchandes ; celle sous-régionale où chaque place marchande est connectée à d’autres et structure l’espace environnant ; celle globale, où se dessine une carte des comptoirs d’approvisionnement. Les enquêtes visent à décrypter et à analyser la manière dont s’établissent les connections entre les villages et les comptoirs, comment ces filières relient le rural à des réseaux internationaux ; et comment, au « continuum urbain », répond un continuum de l’entreprenariat lié aux activités transnationales, des colporteurs restés au village aux diplômés qui font carrière dans le trading en Chine.


2016-2017

  • Inconspicuous globalizations: compared fields (Brazil-Maghreb) – mondialisations discrètes : terrains comparés coordonné par Vera da Silva Telles (USP) et Olivier Pliez (UMR LISST). UMR LISST / CNRS (PRC CNRS et FAPESP grant number: 2015/50427-6)

Nous partirons d’une question centrale dans ce projet : en quoi le commerce transnational est-il un vecteur des mutations des sociétés contemporaines ? Réunissant des sociologues et des géographes, le projet veut plus précisément comprendre, comment se construisent désormais les espaces du transnational et comment ils travaillent et transforment les sociétés ?

Pour cela, notre intention est de “faire dialoguer” deux projets de recherche sur des thèmes proches financés et menés par deux équipes, qui ont déjà développé des recherches communes par le passé : il s’agit du projet brésilien dirigé par Vera Da Silva Telles, intitulé « A gestão do conflito na produção da cidade contemporânea: a experiência paulista » financement FAPESP – Auxilio à Pesquisa – Tematico n° : 13/26116-5 – durée : 2014-2018) et du projet franco-maghrébin dirigé par Saïd Belguidoum, intitulé « Mondialisations discrètes au Maghreb » (MONDISMAG- référence : MAG17 – PHC Maghreb transversal 2016 – durée : 2016-2018) et d’y associer des collègues travaillant sur ces questions en Europe.


2016-2018

  • Mondialisations Discrètes au Maghreb – Programme Hubert Curien (PHC Maghreb), coordonné par Saïd Belguidoum (MCF, Aix-Marseille Université)

Ce projet part d’une question centrale, simple et de ce fait fédératrice : en quoi le commerce transnational est-il un vecteur des mutations des sociétés contemporaines du Maghreb ? Pour cela, nous suivons trois fils directeurs transversaux (migration, urbanisation, frontières) qui renvoient à des situations que l’on retrouve dans l’ensemble du Maghreb mais selon une déclinaison spécifique par pays :

  1. La naissance d’une place marchande transnationale à partir du cas emblématique d’El Eulma en Algérie. Cette localité est pionnière dans la généalogie des nouveaux marchés. Son « souk Dubaï » a atteint une phase de structuration particulièrement significative de ces dynamiques marchandes dans l’ensemble du Maghreb ;
  2. Le lien migration-commerce au Maroc à partir de la région du Moyen-Atlas et de Casablanca. Partant d’un segment de la route selon laquelle circule les marchandises importées, entre les marchés de gros de Casablanca et des souks ruraux et urbains du Moyen-Atlas, on s’intéressera à l’articulation migration-commerce (commerce pris en charge par les migrants, substitut à la migration pour les jeunes, facteur de migration (les Chinois qui s’implantent) ou ressource pour les migrants de passage (subsahariens)…) ;
  3. L’articulation frontière et commerce en Tunisie à partir de bourgades situées à proximité de la frontière tuniso-algérienne. Depuis les changements politiques survenus en 2011, l’attention porte sur la montée en puissance des trafics frontaliers et des réseaux djihadistes qui entraînent une dégradation de la situation sécuritaire. En quoi la pratique banale de la frontière est-elle une ressource pour des populations locales situées dans des régions en marge des dynamiques économiques nationales ? En croisant approches sociales et spatiales, dans quelle mesure cette position frontalière est ou pas une ressource ?

Vous aimerez aussi...