República (São Paulo) : Nouvelle centralité commerçante des migrants africains ?

À la faveur d’un processus de développement spectaculaire amorcé à l’aube des années 2000, le Brésil s’impose progressivement comme puissance omniprésente non seulement sur la scène régionale mais aussi sur la scène internationale. En tissant peu à peu la toile de sa diplomatie dans les instances internationales aux côtés du groupe des émergeants (Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud avec lesquels le Brésil forme le groupe Brics), le géant d’Amérique du Sud s’est construit, notamment sous la présidence de Lula (2003-2011), une image positive.

Cette nouvelle visibilité internationale assortie d’un certain décollage économique fait du Brésil un nouveau pôle d’attraction non seulement pour les investisseurs de tous bords, mais aussi pour des travailleurs boliviens, paraguayens ou encore péruviens. Au-delà de ces mobilités intra-régionales, le Brésil accueille également des populations en provenance de régions plus lointaines, comme Haïti, la Chine ou encore l’Afrique. Ces arrivées sont facilitées par un contexte d’ouverture politique qui tranche avec des procédures de contrôle toujours plus restrictives en Europe. En 2009, le Brésil promulgue une loi régularisant tous les immigrés en situation illégale après avoir conclu au préalable des accords bilatéraux avec les pays voisins et qui visent à la libre circulation de leurs ressortissants.

Marchands ambulants sénégalais de pagnes et de bracelets sur la rua Ipiranga. 20 mars 2016 © R. Minvielle

Marchands ambulants sénégalais de pagnes et de bracelets sur la rua Ipiranga. 20 mars 2016 © R. Minvielle

Concernant les Africains, ils peuvent s’appuyer sur un réseau d’ambassades qui n’a fait que s’étendre tout au long de long de la présidence Lula, soucieuse de privilégier les échanges commerciaux et les solidarités entre les Suds. Bien qu’ils ne constituent qu’une petite minorité au regard de leurs acolytes sud-américains[1], les Africains se singularisent toutefois par leur visibilité dans l’espace urbain en se consacrant pour une majorité d’entre eux au commerce de rue. Ces camelots des temps modernes qui sont aujourd’hui de toutes les destinations, transportent aussi leurs marchandises sur les artères, les places et les marchés de São Paulo. En revendant des montres, des bagues, des écouteurs, des chargeurs et des batteries pour téléphone portable, ou encore des vêtements achetés auprès de fournisseurs chinois de la place marchande Brás, les ambulants, principalement sénégalais, reproduisent un idéal-type migratoire déjà éprouvé en Europe et aux États-Unis et participent ainsi d’une d’«’économie informelle mondialisée » (Hily & Rinaudo, 2003)[2]

D’aucuns, selon d’autres modalités marchandes, exploitent le marché de l’ethnicité. Des vendeurs de pagnes bariolés aux salons de coiffure spécialisés en coupe afro, en passant par les restaurants et les cyber-cafés, toutes ces démarches commerçantes tendent à africaniser le quartier central de Republica. Ces inscriptions marchandes reconfigurent l’espace urbain d’un quartier qui épouse de plus en plus les contours de la centralité immigrée.

Wax produit en Chine, acheté à Lagos et revendu dans le quartier de Républica. 03 août 2016 © R. Minvielle

Wax produit en Chine, acheté à Lagos et revendu dans le quartier de Républica. 03 août 2016 © R. Minvielle

En étroite filiation avec l’École de Chicago et l’écologie urbaine, Toubon et Messamah, dans une étude sur le quartier pluri-ethnique de la Goutte d’Or à Paris, sont les premiers, au début des années 1990 à utiliser ce terme pour décrire les phénomènes d’implantation et de cohabitation. Faisant l’objet d’appropriations diasporiques, ces territoires constituent non seulement des pôles d’attraction pour des populations de même appartenance culturelle mais aussi pour les autochtones en quête de consommation de produits exotiques. C’est le cas à Republica où des femmes afro-bresilienne en quête de tressage côtoient des migrantes africaines dans les salons de coiffure, où des classes moyennes brésiliennes curieuses de nouvelles saveurs, se mêlent à la clientèle endogène des restaurants africains. Ce quartier devient ainsi un « repère de la ville-monde » (Raulin, 2000)[3] qui se distingue par sa polarité vers laquelle converge des trajectoires urbaines et des marchandises en provenance d’Afrique, et enfin où des modes de consommation et de sociabilité, font de cet espace, une centralité africaine.

[1] En 2012, la police fédérale brésilienne fait état 31866 Africains en provenance de 48 pays du continent et répartis sur l’ensemble du territoire brésilien. La seule ville de Sao Paulo compte par exemple plus de 100 000 Boliviens.

[2] Hily Marie-Antoinette & Rinaudo Christian (2003), Cosmopolitisme et altérité : les nouveaux migrants dans l’´economie informelle, Tsantsa (Revue suisse d’ethnologie), 8, pp.48-57.

[3] Raulin (A.), 2000. — L’ethnique est quotidien : Diasporas, marchés et cultures métropolitaines, Paris, L’Harmattan.

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 17/01/2017

    […] Par Régis Minvielle (Univ. Sao Paulo, en accueil au GERM/UGB Saint-Louis; associé au LMI-MOVIDA). Article initialement publié sur https://mondis.hypotheses.org/482 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *